Contactez-nous 0489/12-73-07|info@bruxelles-coach.be
­

Le deuil, l’acceptation de la perte d’un être cher

Après l’annonce de la perte d’un être cher, commence le travail de deuil, changement, de ce qui est perdu et ne reviendra jamais plus. Toutes les personnes ne vivent pas spécifiquement ce moment de la même manière, mais tous ont à faire face à une perte. Accepter la perte c’est commencer à accepter le départ de l’être cher, mais les mécanismes de défense et de survie rendent souvent ce travail de deuil très long et difficile. Ainsi, suite à l’annonce, la personne va continuer d’élaborer des plans d’avenir, des projets prévus avec la personne décédée. L’impossibilité d’y parvenir va la confronter peu à peu à sa nouvelle réalité. La prise de conscience se fera ainsi de manière progressive suivant la confrontation avec la nouvelle réalité.

A partir du moment où la personne commence à intégrer tous ces bouleversements dans son quotidien, le deuil va pouvoir s’opérer. Il s’agit souvent d’une phase où la personne va s’isoler, se recueillir en quelque sorte. Cette phase, durant laquelle il est question pour la personne d’accepter l’inacceptable, est une période durant laquelle l’entourage social sont mis à rude épreuve. C’est aussi une période où peuvent naître des tendances de repli sur soi, d’isolement ou de culpabilité ; période durant laquelle la personne a besoin d’être soutenue pour contrer le repli, la rage et le désespoir dans lequel elle s’installe.
Les phases de réinsertion sociale et de réadaptation à sa nouvelle vie sans l’être cher vont être des étapes importantes au cours desquelles les travaux de reconstruction identitaire et de deuil de sa vie passée vont pouvoir s’effectuer. Tous ces processus de rééducation, de réadaptation, de deuil et de reconstruction identitaire sont interdépendants et se réalisent en parallèle. Ils ne respectent pas à la lettre la théorie et la chronologie d’un parcours de reconstruction identitaire.